À la maison

À la maison

icon01

Les études menées sur la pollution de l’air intérieur montrent que la concentration des polluants est généralement plus importante dans les logements qu’à l’extérieur.
Or, une mauvaise qualité de l’air intérieur peut influencer la santé des occupants (maux de tête, irritation des voies respiratoires, des yeux, de la peau…), et se traduire dans les comportements (inattention, somnolence, hyperactivité…). En cause, des facteurs croisés, dont des émanations de polluants issus du matériel, du mobilier ou des activités qui se déroulent en intérieur.

Ainsi, bien choisir le matériel, le mobilier ou les produits d’entretien participe à une bonne qualité de l’air intérieur, et quelques repères suffisent pour réaliser ces bons choix !

Cliquez sur les images des équipements de la chambre pour connaître les bons trucs et astuces !

Pour commencer, voici un quizz ludique pour évaluer la qualité de l’air intérieur dans votre logement

QUIZZ

Voici quelques gestes quotidiens simples qui permettent de préserver la qualité « santé-environnement » de la chambre.

Le bon geste : aérer la chambre 10 minutes tous les jours,

pour renouveler l’air et limiter son taux d’humidité.
En faisant des courants d’air, c’est plus efficace, ça ne refroidit pas les murs du logement, et un air sec est plus facile à chauffer ! Autant profiter de son absence dans une pièce pour l’aérer.

On gagne : un air plus sain, plus sec, plus facile à chauffer

Éviter la surchauffe !

19°C est la température idéale en journée, pour la nuit il est conseillé de baisser la température jusqu’à 16°C dans les chambres. Un air plus sain à respirer contribue à mieux récupérer, en particulier en cas de maladies comme les rhinites, rhume, asthme…

On gagne : une baisse de la consommation d’énergie, un air plus frais et plus sain à respirer.

Privilégier un nettoyage écologique à l’eau et à la microfibre

Pour un entretien sain de la chambre, privilégier un nettoyage écologique à l’eau et à la microfibre, et si besoin, en cas de salissure ponctuelle, des produits de nettoyage écolabellisés en respectant les doses indiquées sur l’emballage. Il est aussi possible d’utiliser des ingrédients traditionnels qui, bien utilisés, sont peu agressifs pour l’environnement et la santé des utilisateurs : vinaigre blanc, savon de Marseille, bicarbonate de soude…
+ de détails par là !
Nettoyage écologique à l’aide d’une microfibre : par là ! (fiche 2 – page 8 du document)
La liste des produits de nettoyage écolabellisés, c’est par ici !

On gagne : une meilleure qualité de l’air, moins de dépenses dans les produits d’entretien.

Le réflexe achat : choisir des lampes à économie d’énergie

(LED, ampoules basse consommation ou fluocompactes)
Penser à l’environnement en ne jetant pas les ampoules LED ou fluocompactes à la poubelle ! Magasins et déchetteries récupèrent vos ampoules.
Pour aller plus loin, consulter le guide ADEME « Bien choisir son éclairage »

On gagne : une réduction sur sa facture d’électricité !


Débrancher vos appareils électriques

Penser à arrêter les appareils électriques. Pour rappel, les appareils qui restent en mode « veille » consomment encore de l’électricité !

On gagne : une réduction sur sa facture d’électricité !


Le réflexe achat : privilégier des meubles en bois massif,

en matières recyclées, ou d’occasion, avec des peintures ou des vernis à l’eau. Pour le mobilier neuf, exiger un niveau d’émission Classe E1 (demander la fiche technique au vendeur) et le laisser s’aérer 15 jours à l’extérieur (ou pièce bien ventilée) avant de l’installer dans la chambre.

On gagne : un air plus sain !


Vêtements et linge de maison : opter pour le textile éco-responsable !

Privilégier les produits bio et équitables, en repérant les bons labels :

Global Organic Textile Standard Confiance textile ecolabel_logo Fairtrade

 

… et penser à encourager le réemploi en déposant les vêtements que vous ne mettez plus dans les bornes prévues à cet effet..

On gagne : un produit respectueux de notre santé et un environnement préservé !


Jeux et jouets : privilégier la qualité à la quantité !

Le projet Nesting donne une information solide et facile pour favoriser un environnement sain aux femmes enceintes, aux nouveaux-nés et aux jeunes enfants, particulièrement sensibles car leur système immunitaire n’est pas encore mature.
Voici quelques recommandations à retenir :
– Acheter moins de jouets, privilégier la qualité
– Eviter les jouets parfumés, miniatures et produits publicitaires saisonniers
– Le marquage CE est une auto-déclaration (et pas un label délivré après des tests d’un organisme indépendant), mais il reste un minimum…
– Repérer les labels ci-dessous :

Confiance textile NF_environnement spiel-gut Geprueft pefc

 

– Vérifier la solidité des jouets (pas d’éléments pouvant être avalés) qui doit être adaptée à l’âge de l’enfant
– Aérer les jouets à l’air libre plusieurs jours si possible avant de les donner à l’enfant
– Limiter les jouets connectés (Wifi, 3G, 4G)

En savoir plus

On gagne : un environnement plus sain


Veiller à une bonne installation du bureau de votre enfant :

hauteur du siège ajustée, lumière adaptée.
Privilégier les meubles en bois brut, aux peintures ou solvants à l’eau, robustes et adaptés aux évolutions de l’enfant.
Et parce que les enfants sont de grands consommateurs de papier… penser à utiliser le recto ET le verso, jeter le papier dans la poubelle de tri, et choisir du papier écolabellisé

On gagne : un plus efficacité !


Choisir une lessive respectueuse de l’environnement et de votre santé

Les bons réflexes :
– Repérer l’écolabel européen
ecolabel_logo
– Respecter les doses conseillées,
– Préparer votre lessive « maison »

On gagne : un environnement préservé !


Murs et sol… Repérer l’étiquetage “émissions dans l’air”

et choisir les produits « A+ » pour les travaux et le bricolage !

Si vous devez faire des travaux dans la chambre de votre enfant, il est conseillé de les réaliser en son absence et d’aérer sa chambre le plus possible.
Pour les murs et les sols, repérez les produits écologiques ! L’étiquetage obligatoire « émissions dans l’air » facilite votre choix, choisissez uniquement les produits « A+ » ou les produits de classe E1 pour la qualité de l’air (voir fiche de sécurité ou FDES).

Vous vous lancez dans des travaux de petite rénovation ? Consultez ce guide de l’ADEME !
Le guide du projet Nesting précise quelques critères pour la décoration des chambres d’enfants

On gagne : un air plus sain

Collectivités territoriales et acheteurs publics : quels leviers actionner à travers vos stratégies et achats pour faire évoluer les pratiques ?

Mobiliser et sensibiliser les habitants

  • En proposant des campagnes de soutien au changement de pratiques auprès de familles pilotes :

– Bordeaux Métropole a accompagné 100 familles volontaires pour des éco-gestes, achats responsables : les « pionniers du climat » ;

– Le « conseil départemental des jeunes », depuis 1989 est un lieu d’apprentissage de la citoyenneté qui se traduit par des actions concrètes, susceptibles d’améliorer la vie quotidienne des collégiens girondins. Chaque année, l’Assemblée des Jeunes Conseillers Départementaux est répartie au sein de six commissions (Environnement et Développement durable, sports et santé…).
Retrouvez leurs réalisations, et en particulier les passeports et dispositif « j’éco-citoyen » (2014-2015)

  • En encourageant les initiatives citoyennes liées à la consommation :
– Dans le cadre de son Agenda 21, la Ville de Bruges a mis en ligne un centre de ressources à destination des citoyens intitulé « Conseils & Astuces »
– Le projet « Terre d’ADELES » sur la commune de Pessac est un projet citoyen pour une alimentation locale et de qualité pour tous : Consultez la « fiche projet » Terre Adeles,
En savoir plus
  • En mettant à disposition des ressources pour faciliter l’évolution des comportements
Voici quelques exemples de guides de l’éco-citoyen avec des infos pratiques :
Le « livre vert » ou guide des bonnes pratiques de la commune du Porge
Le guide « Santé Environnement dans le métier d’aide à domicile » réalisé par HSEN et le Conseil Départemental de la Gironde.

Soutenir les initiatives d’opérateurs innovants

  • Accompagnement de « familles pilotes » par la Communauté de Communes de l’Estuaire (CCE)
L’opération famille pilote avait pour objectif de sensibiliser les habitants aux enjeux de « santé environnementale » par l’intermédiaire de familles pilotes volontaires, en partenariat avec l’association scientifique Habitat-Santé-Environnement (HSEN)

Description de l’action
Fiche action détaillée à destination des collectivités souhaitant déployer ce type de démarches
L’expérience en vidéo

  • Défis « familles à énergie positive ».
Dispositifs d’accompagnements coordonnés par « Prioriterre » et soutenus par de nombreuses collectivités en Aquitaine et partout en France.
  • Accueil de volontaires et soutiens à « Uni Cités » sur des projets du type « médiaterre »
La mission de Service Civique « Les Médiaterre » a été créée pour aider des familles à adopter des gestes éco-citoyens et réduire leurs factures énergétiques.
Plus d’infos
Identifier une mission de service civique près de chez vous en matière d’accompagnement au changement des pratiques de consommation ? Rdv sur www.service-civique.gouv.fr/missions

NESTING : des ateliers sur le lien entre l'environnement quotidien et la santé du bébé

L’atelier Nesting est un projet européen de l’ONG Women in Europe for a Common Future (WECF). Créé en 2008 par Nita Chaudhuri, Docteur en éducation et santé environnementale, il a pour objectif de promouvoir la santé des nouveaux-nés et des enfants en aidant leurs parents à créer un environnement intérieur sain. Dans le Pays Basque, l’Agence Ode (ingénierie de santé dans le bâti) a reçu une formation pour animer ces ateliers. Trois questions à Olga Diarté, sa responsable.

  • Quels sont les objectifs de l’atelier ?
    « Les ateliers ont pour vocation de sensibiliser les jeunes parents et les professionnels de la santé et de la petite enfance aux risques liés à la pollution intérieure, aux substances potentiellement dangereuses en proposant des alternatives plus saines. Pour ce premier atelier, organisé par le Pôle Petite Enfance de Saint Jean-de-Luz, une dizaine de personnes étaient présentes, assistantes maternelles, personnels de crèches, mamans, une bibliothécaire et un agent du service développement durable de la ville ».
  • Quelles sont les spécificités de ces ateliers ?
    « Ce sont des ateliers interactifs, ludiques, et non anxiogènes. Ce n’est pas l’animatrice qui vient délivrer un savoir mais il s’agit bien d’un moment d’échange à partir des expériences de chacun, avec des jeux, des quizz, des mises en situation. L’atelier dure 2h30, autour d’une table et je commence en proposant différents produits liés à l’environnement du bébé : biberon, baby phone, couches, lingettes, produits d’entretiens, jouets… Il y a en permanence une discussion, on co-construit, les messages essentiels sont diffusés, j’insiste sur les principaux polluants de la maison, leurs impacts sur la santé, l’exposition de l’enfant… mais je suis là surtout pour faire émerger des questions et initier un changement ».
  • Quelles sont les premières préoccupations qui ont émergé de l’atelier ?
    « Perturbateurs endocriniens, plastiques, lecture des étiquettes, produits d’entretiens… J’ai tout d’abord été surprise par le degré de connaissance des personnes présentes. Lorsque j’ai parlé de COV, trois personnes dans l’assistance savaient de quoi je parlais. Je crois que la diffusion de ce savoir-là fait son chemin. C’est en favorisant l’implication des participants, en s’appuyant sur l’échange de bonnes pratiques et d’expériences personnelles que nous allons induire un changement de comportement. A la fin de l’atelier, nous demandons concrètement aux participants ce qu’ils vont rapidement mettre en œuvre, et nous les faisons également réfléchir aux bénéfices. Ce besoin d’agir fait aussi partie de leurs préoccupations ».

Les prochaines dates dans votre région sur : www.projetnesting.fr

Retrouver cette interview sur le site

LIRE L'ARTICLE

MÉRIGNAC : des habitants impliqués sur la question de la qualité de l'air intérieur

Au travers de son Plan Local de Promotion de la santé, la Ville de Mérignac soutient des actions de santé environnementale, en particulier autour de la qualité de l’air intérieur. Un film de 13 minutes a été tourné avec les habitants du quartier du Burck sur cette thématique. Explications avec Virginie Duprat, chargée de Mission Santé, Vie Associative à Mérignac.

    Après avoir réalisé une affiche sur la qualité de l’air intérieur La santé c’est dans l’air à destination des Mérignacais, dans le cadre des actions prioritaires du PRSE2, la Ville de Mérignac a poursuivi ses actions de sensibilisation, à l’échelle d’un quartier, autour d’ateliers et de la réalisation d’un film. Ce projet s’inscrit avant tout dans une démarche qualitative et de proximité. « Le centre Social du Burck proposait des ateliers sur les économies d’énergie pour agir sur la réduction des factures ; nous avons intégré à ces ateliers la notion de qualité de l’air intérieur en expérimentant des pratiques originales et alternatives, notamment autour de la fabrication de produits d’entretien », explique Virginie Duprat.
    Huit ateliers regroupant une douzaine d’habitants ont ainsi eu lieu au Centre social du Burck. Pour leur permettre de s’approprier les connaissances et les enjeux liés à la qualité de l’air intérieur, et les rendre acteurs de leur propre savoir, les habitants ont ensuite été invités à participer à la réalisation d’un film. On y trouve les causes de la pollution des logements et les manières d’y remédier, des petites astuces, conseils et de nouvelles manières de faire.
    « Le film, réalisé avec le soutien de l’Agence Régionale de Santé Aquitaine, montre comment les habitants mettent en pratique chez eux les conseils dispensés en atelier, et nous avons tourné également une séquence qui éclaire sur le métier de CMEI.
    Le film a été diffusé à plusieurs occasions en 2014 dans le quartier et plus récemment dans le cadre d’une journée sur les maladies respiratoires
    », souligne Virginie Duprat. Le film sera prochainement mis en ligne.

Site de la Ville de Mérignac : www.merignac.com

Retrouver cette interview sur le site

LIRE L'ARTICLE

LIMITER LES EXPOSITIONS ENVIRONNEMENTALES DES ENFANTS : une priorité de l'Agence Régionale de Santé

De plus en plus d’études mettent en évidence des risques sanitaires liés à l’exposition de substances présentes dans nos environnements intérieurs. Si de nombreuses questions subsistent, l’Agence Régionale de Santé Aquitaine a fait le choix, dans le cadre de sa stratégie régionale de prévention et promotion de la santé environnementale, de faire de la petite enfance (enfants de l’âge fœtal à 6 ans) une priorité, dès 2014. Explication avec Claire Morisson, ingénieur sanitaire à l’ARS Aquitaine.

  • Quel est le contexte de cette stratégie ?
    « Nous avons bâti cette stratégie sur des risques suspectés autour de produits d’usages courants (produits d’entretiens, d’hygiène, cosmétique, jouets, ameublement…) qui pourraient être liés à l’apparition de maladies chroniques et de troubles de la santé, un risque d’autant plus vrai lorsqu’il concerne la vie fœtale et la petite enfance ».
  • Quel est l’objectif de cette stratégie ?
    « Son objectif est de limiter l’exposition des plus jeunes à des substances présentes dans leur environnement intérieur, développer des aptitudes et attitudes favorables à la santé des jeunes enfants et favoriser la prise de conscience de cet enjeu dans les politiques publiques (ex : dans les Contrats locaux de santé – CLS). La stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens, adoptée en avril 2014, et le troisième Plan National Santé Environnement (PNSE 3) font apparaître que les femmes enceintes et les jeunes enfants seraient particulièrement vulnérables à ces expositions. L’originalité de notre démarche de prévention est d’en faire une politique régionale ».
  • Comment va se décliner cette stratégie ?
    « 32 000 enfants naissent en Aquitaine par an. Le déploiement de la stratégie régionale s’appuie sur la mobilisation du réseau d’acteurs professionnels autour de la petite enfance (Réseau Périnat, maternités, services de Protection Maternelle et Infantile – PMI, médecins, puéricultrices, sages-femmes, infirmiers, collectivités territoriales, …) susceptibles de sensibiliser, former et se faire le relais des messages d’information et de prévention auprès du grand public ».
  • Quelles sont les actions concrètement déjà engagées ?
    « Nous finançons des actions de sensibilisation en faisant intervenir nos partenaires tels que HSEN, le WECF, l’APESA, la Mutualité Française, les alternatives de Lilly, l’IREPS, GRAINE Aquitaine,… Nous expérimentons actuellement une approche dans des maternités volontaires, avec des ateliers pédagogiques et des «diagnostics d’établissements » en sensibilisant les équipes aux risques liés à l’exposition de certaines substances, apprendre à mieux choisir les produits utilisés, mieux lire les étiquettes, adopter les bons gestes, et également à assimiler des messages préventifs à diffuser aux parents. Nous avons également organisé des conférences à destination des élus, pour appréhender les concepts de la santé environnementale et à destination des professionnels de santé libéraux, pour véhiculer les bons messages auprès de leurs patients. Les actions vont continuer en 2016. Un dépliant qui explique les grandes lignes de cette stratégie vient d’être publié ».

Page dédiée à la stratégie : www.ars.aquitaine.sante.fr
Lien vers le dépliant : www.ars.aquitaine.sante.fr

Retrouver cette interview sur le site

LIRE L'ARTICLE

Retrouvez ces témoignages et d’autres expériences sur le site du Plan Régional Santé Environnement

Consulter le site du PRSE