Jeux et jouets

Jeux et jouets

nettoyage Pour les « Jeux et jouets », peu de labels bénéficiant d’une certification indépendante existent.
Malgré des progrès, trop de jouets contiennent des produits chimiques indésirables pour la santé, les enfants peuvent y être en contact tout au long de la journée, multipliant les expositions « à petite dose ». Les enfants sont vulnérables à ces expositions répétées, car leurs systèmes nerveux et immunitaire sont encore immatures.
Pour autant, une offre de jeux et jouets respectueux de la santé et de l’environnement se développe, prenant en compte les aspects :

  • Environnementaux : composés de ressources renouvelables comme le bois, des matières recyclées, ils sont économes en énergie, sans piles…
  • Sanitaires : substances chimiques indésirables pour la santé (phtalates, bisphénol A (BPA) dans les jouets en plastique, formaldéhyde et solvants dans les jeux en bois agglomérés, retardateurs de flamme dans les jouets en tissus…).
  • Sociaux : des labels éthiques garantissent le respect du droit international du travail, alors que six jouets sur 10 commercialisés en France sont produits en Asie.
  • Sécurité : la présence du signe CE est une auto-déclaration du fabricant qui atteste qu’il a respecté les normes européennes. C’est le minima à contrôler…

Bons gestes et guide d’achat

Quelques gestes essentiels

  • Vérifier vous-même la solidité des jouets (pas d’éléments pouvant être avalés)
  • Débarrasser les jouets de leur emballage et les aérer à l’air libre plusieurs jours, ou les laver, si possible avant de les donner à l’enfant
  • Rechercher des jeux et jouets d’occasion : vide grenier, bourse de puériculture, ludothèque. Des associations réparent et mettent en vente ou en prêt des jouets d’occasion, limitant ainsi la production de déchets. C’est aussi un geste économique !
    L’association R2Jeux en Gironde vend des jouets d’occasion : r2jeux.org
  • Privilégier les matériaux naturels, comme le bois brut vernis à l’eau ou acrylique, la laine, le coton, jouet plastique avec les mentions « sans PVC », « sans phtalate » ou en plastique PET (recyclage de bouteilles d’eau…)…

Réflexe Labels

Ces labels bénéficient d’un cahier des charges solide, contrôlé par un organisme indépendant. Ils se trouvent en magasins spécialisés, mais restent rares en grande surface.

Confiance Textile Spiel GUT Geprueft-Getestet_Pruefsiegel_SG Fairtrade organic textile

À éviter

Les jouets parfumés : les parfums de synthèse sont composés de substances indésirables pour la santé, pouvant provoquer des irritations, des allergies, des problèmes respiratoires…

Les jouets miniatures et produits publicitaires : ils sont fragiles (et génèrent des déchets) et sont considérés comme des produits de décoration, donc en dehors de la catégorie Jouet, et donc de son référentiel de sécurité…

Les jouets connectés (Wifi, 3G, 4G) : Les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables, les tablettes tactiles ou les jouets connectés pourraient avoir des effets sur les fonctions cognitives – mémoire, attention, coordination – des enfants, indique un Rapport de l’Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (2016, Anses).

 

 

En savoir plus :

  • Le Projet Nesting est mené par l’association WECF (Women in Europe for a Common Futur) produit un ensemble d’informations pour les familles et les acteurs professionnels, pour préserver la santé des femmes enceintes et des jeunes enfants des pollutions de notre environnement immédiat et sensibiliser à la santé environnementale. L’association a édité plusieurs guides. Le guide sur les jouets propose des critères simples pour l’achat de jouets.
  • 60 millions de consommateurs est une association de défense des consommateurs, qui a mené de nombreuses études sur la composition des produits utilisés quotidiens, avec une analyse sur leur efficacité, solidité, et sur leurs impacts « santé-environnement ».
  • UFC Que Choisir est une association de défense des consommateurs qui a publié des articles sur l’impact Santé-Environnement de nombreux produits d’usage quotidien (produits ménagers, produits cosmétiques, produits alimentaires…).

L’achat public de jouets et jeux concerne plusieurs acteurs : établissements scolaires, structures de la petite enfance, centres de loisirs, arbres de Noël, structures médico-sociales…

Les bons réflexes tout au long du cycle d’achat

Etape 1 : Soigner le « Sourçage » (Art. 4 du Décret 2016**)

De quoi les fabricants sont-ils capables aujourd’hui ? Que propose le marché ? Quels critères peut-on exiger sans risquer l’infructuosité ou le dépassement du budget alloué ?
En explorant les catalogues disponibles (en ligne) et par catégories de jeux/jouets, il est possible de constituer des lots distincts, cohérents avec l’offre fournisseurs, comportant des exigences environnementales et sanitaires personnalisées pour chaque famille de produits (Poupées, peluches ; Jouets en bois ; Jouets en plastiques ; jeux…).

Etape 2 : S’appuyer sur les référentiels des labels pour définir les critères et spécifications techniques

Plusieurs labels concernent les jeux et les jouets, ou leurs composantes (textiles, bois, plastiques), avec des exigences environnementales, sanitaires et d’usage, qui permettent de rédiger les spécifications techniques et critères d’attributions :

Exemples de référentiels

Confiance Textile Spiel GUT Fairtrade organic textile

A minima, s’appuyer sur les exigences normatives et règlementaires relatives à la sécurité des jouets mis sur le marché : www.afnor.org/fiches/faq-reglementation/jouets

La Norme NF EN 71-3 : exigences de qualité et de sécurité propres aux jouets

  • « Exigences et méthodes d’essai applicables à la migration de métaux lourds et composés organostanniques concernant les matériaux-jouets et parties de jouets en plastique. »
  • « Exigences relatives à la migration de certains éléments métalliques (dont les métaux lourds) dans les polymères issus de l’industrie du jouet qui, en raison de leur accessibilité, fonction, volume ou masse, n’excluent manifestement pas tout danger par succion, léchage, ingestion ou contact prolongé avec la peau. »
  • « Valeurs seuil et recommandations aux industriels dans le domaine des polymères, matières plastiques, recyclées ou non. »

Exemples d’exigences techniques par familles de produits

Types de jouets Jouets à éviter Jouets à privilégier
Jouets en bois
  • Les jouets en contreplaqué qui peuvent contenir du formaldéhyde et/ou dont les peintures peuvent contenir du plomb
Les jouets en bois brut non traité, non verni (ex. hêtre ou érable), et/ou décorés avec des peintures non toxique résistantes à la salive, voire de qualité alimentaire.
Privilégiez des jouets en bois issus de forêts gérées durablement (labels FSC ou PEFC)
Poupées
  • Les poupées en plastiques habillées et/ou avec des composants électroniques peuvent présenter des substances chimiques indésirables (phtalates, colorants azoïques…).
  • Les poupées miniatures sont considérées comme des articles de décoration : les limites fixées par la règlementation jouets ne s’appliquent pas.
Les poupées en tissu ou en coton sans parfum.
Peluches et doudous
  • Les peluches ou doudous à poils longs ou rembourrés de synthétiques susceptibles de contenir des allergènes et retardateurs de flammes bromés.
Les produits en fibres naturelles ou bio, par ex. labellisés Oeko-Tex qui garantissent des textiles sans substances toxiques.
Peintures et cosmétiques
  • Les produits parfumés peuvent déclencher des allergies.
  • Les feutres, peinture, pâtes à modeler ou kits de maquillage, avec des colorants synthétiques, peuvent contenir du baryum, du plomb, du formaldéhyde ou des phtalates.
Les produits avec des colorants naturels, encres végétales et sans conservateurs.
Les feutres et peintures à l’eau et colorants alimentaire.
Les crayons de couleurs en bois FSC, non vernis.
Jouets en plastique Les jouets porteurs de la mention “sans PVC” ou/et “sans phtalates (PVC Free, Phtalates Free).
Jouets électroniques
  • Les jouets électroniques et à piles peuvent contenir des retardateurs de flammes bromés.
  • Les jouets connectés ont des effets suspectés sur la santé, voir rapport ANSES 2016.
Les jouets électroniques sans piles (énergie renouvelable et/ou mécanique).
Attention toutefois : ces jouets ne conviennent pas aux enfants de moins de 3 ans, en raison des petites pièces susceptibles de se détacher !

Source pour en savoir plus : www.consoglobe.com

Etape 3 : Encourager la mise en avant des écolabels, allégations environnementales et normes en « modes de preuves »

Les candidats peuvent être encouragés à mettre en avant certifications et écolabels afin de simplifier l’analyse des candidatures, voire en mode de preuve.

Exemples d’exigences techniques par familles de produits :

  • Ville du Havre : Spécifications techniques, critères d’attributions et modes de preuves – Achatecoresp_materiel_pedag
  • commune de Sainte Luce sur Loire : Allotissement et critères d’attribution « DD » – Critère DD_marche_jeuxjouets
  • Ville de Nantes : Allotissement, autorisation de variantes, exigences techniques et normatives de base, respect des droits humains concernant la production – DCE ville de Nantes

** : Décret N°2016-360 du 25 mars 2016 relatif aux marchés publics)

JB Bois : des jouets bretons et engagés

L’entreprise bretonne JB Bois conçoit et fabrique des jeux et jouets en bois pour le grand public et les scolaires. Elle produit également des présentoirs et des coffrets destinés à la PLV (publicité sur le lieu de vente). JB Bois a été créée en 1978 et est certifiée PEFC depuis 2004. Gilles Beauvais, son président, revient sur la démarche de l’entreprise et les enjeux de la certification PEFC.

Rapex : bilan 2016 des rappels de jouets non conformes

Rapex « Le système RAPEX de l’Union européenne permet aux 28 Etats membres de signaler et d’échanger des informations sur les produits non alimentaires rappelés parce que non conformes à la réglementation en vigueur ; C’est le cas des jouets, qui sont traditionnellement parmi les produits les plus contrôlés et figurent souvent en tête des classements.

 

RAPEX 2015 : les jouets et le risque chimique

– Les jouets représentent donc 31% du total des produits notifiés en 2015.

– Sur les 572 notifications de risques chimiques, 37% concernent des jouets, et 20% des bijoux, suivis par les textiles (13%) et les produits chimiques (13% également).

Pour rappel, les mesures suivant un signalement peuvent être les suivantes : retrait du marché, interdiction de vente, rejet des importations, etc. Lorsque les autorités ordonnent ces mesures, elles sont obligatoires, contrairement à celles qui sont décidées par le fabricant, distributeur ou importateur, dites « volontaires ». En France, c’est la DGCCRF qui peut procéder à ces rappels : le 1er août, ce fut le cas de boucles d’oreilles contenant une teneur excessive en nickel – un allergène par contact bien connu. »

Projet Nesting de l’association WECF – Retrouvez l’article sur : www.projetnesting.fr/Jouets-quel-bilan-pour-le-systeme.html